Autres réflexions antispécistes·Végétarisme et véganisme

A la végane que j’étais…

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui j’ai décidé de revenir sur mon parcours en tant que végane et faire un peu mon auto-critique, me donner des conseils sur ce que j’aurai aimé faire ou ne pas faire alors que j’étais une bébé végétarienne/végane. C’est aussi un moyen pour moi de me regarder avec bienveillance, comme je regarderai un-e nouveau-elle venu-e dans le véganisme.

Finalement j’aimerai aussi que ça puisse servir à d’autres jeunes véganes, pour mieux comprendre le véganisme et l’antispécisme.

C’est parti pour cette lettre à la végane que j’étais !

N’hésite pas à t’affirmer

s'affirmer.gif

Je sais que l’on ne t’as jamais vraiment écoutée et que tu as l’impression de ne pas être très légitime lorsque tu prends une décision.

Cesse de douter de toi-même. Manger moins de viande, devenir végétarienne puis végane, tu l’as fait en connaissance de cause, en te renseignant et en ton âme et conscience. Tes opinions ne sont ni utopiques, ni excentriques comme on essaye de te le faire croire.

Tu n’es pas qu’une pauvre petite fille sensible qui a trop d’empathie pour les animaux mais tu as une vraie réflexion politique, philosophique, éthique et écologique. Tu es intelligente et pertinente.

« On ne peut pas sauver le monde entier ». Tu l’as souvent entendu, mais essaye au moins, fais de ton mieux pour un monde meilleur. Saute le pas, fais ce que ta conscience te dit de faire, n’hésite pas à affronter ta famille, tes ami-es, n’importe qui essayant de minorer tes convictions et te faire manger viande, lait, crème ou oeufs sous prétexte que c’est trop compliqué pour elleux. Tu en as la force et tu vas réussir à te faire entendre, je te le promets même si ça ne sera pas toujours facile.

Politise-toi bon sang !

Shaking.gif

Oui, le sort réservé aux animaux est horrible, mais rien ne sert de t’énerver contre ta famille ou d’autres personnes, même si leur indifférence te peine. Ce n’est pas facile pour tout le monde de s’en rendre compte et de passer outre la dissonance cognitive. La culpabilisation n’est pas la solution. Calme-toi, rode ton discours, informe-les et tu obtiendras de meilleurs résultats. Crois moi tu as eu de l’influence sur plein de personnes, tu les déranges, les questionnes, remets en question leur mode de pensée tout en étant parfaitement calme et rationnelle.

Tu es aussi mignonne de croire que si tout le monde devient végane le monde sera sauvé, tu l’as d’ailleurs sous-entendu dans tes premiers articles. C’est faux. Être végane c’est bien, mais va plus loin, politise tes convictions, devient antispéciste plus que végane.

En effet, ce n’est pas juste la non-consommation de produits d’origine animale (POA) qui va mettre fin à l’exploitation animale. Réfléchis à ton militantisme, rends toi compte que l’antispécisme est lié à l’anticapitalisme et agis en conséquence. Remets en question le militantisme végane, dénonce son sexisme, racisme, grossophobie…etc.

Tu sais, ta position sera pas toujours facile, tu seras prise entre deux feux : les anti-véganes et les véganes qui ne comprendront pas que tu critiques le véganisme. Ça en vaut le coup, oublie pas tes objectifs : la crédibilité et pertinence de l’antispécisme mais surtout la fin de l’exploitation animale.

Ne fais pas trop confiance

Je sais que tu crois que les gens ont toujours un bon fond, mais l’enfer est pavé de bonnes intentions. N’oublie pas que ce monde est capitaliste et spéciste (entre autres…).

Lis toujours les étiquettes, vérifie chaque choses que tu manges, chaque produit de soin que tu achètes. Occupe toi de tes propres repas au risque de te retrouver avec rien à manger ou même avec des POA. Si ça arrive ne culpabilise pas, tu ne vis pas dans un monde végane, c’est comme ça.

Mais n’oublie pas aussi qu’il reste énormément de personnes bienveillantes et à ton écoute dans ton entourage. Garde confiance tout de même 😉

Je suis fière de toi

Je sais que tu en aurais eu besoin alors : bravo pour tout ce que tu fais, tout ce que tu es.

bravocado.gif

Tu étais seule dans ton entourage à t’intéresser aux questions éthiques concernant les animaux, tu avais 16 ans. Et même si tu ne voulais pas le reconnaître à l’époque, c’est jeune. Tu t’es informée seule et tu as tenu tête à toutes celles et ceux qui ont critiqué ton choix et tes prises de position. Ça demande du courage et une confiance en soi que tu ne croyais pas avoir.

Tu es devenue végétarienne à 17 ans. A côté de ça tu gérais tes études en prépa, où tu ne préparais pas tes propres repas et malgré ça tu as décidé de ne plus manger de viande en te débrouillant comme tu pouvais. Dès l’instant où tu l’as matériellement pu, tu as stoppé toute consommation de POA, et ce alors que tu avais à peine 18 ans.

Presque 1 an plus tard, du haut de mes (petits) 19 ans, je peux le dire : je suis fière de mon parcours et de ce que je suis devenue. De ma réflexion politique qui s’est affinée, de mon blog, de mes convictions éthiques et de m’être construite seule sur le sujet.


Et vous, qu’auriez-vous envie de dire au/à la végane qui vous étiez ? Êtes-vous fièr-es de vous ? Avez-vous quelque chose à dire aux jeunes véganes ?

Pour être au courant de la publication des prochains articles n’hésitez pas à me suivre sur Twitter, sur mon profil Hellocoton sur mon Facebook ou à vous abonner sur WordPress avec le bouton en haut à gauche ! J’ai aussi un Instagram où je poste quelques photos de mes repas !

Hylfee

Publicités

3 commentaires sur “A la végane que j’étais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s